[fol. 6v]

Folio 7

 

Gautiers:
Marot, nous sommes tuit parent;

[fol. 7] Onques ne vous doutés de nous.

Marote:
Je ne le di mie pour vous,
Mais il par est si soteriaus
Qu'il en feroit devant tous chiaus
De no vile autretant comme ore.

Robins:
Ba qui s'en tenroit?

Marote:
                                Et encore!
Esgardez comme est reveleus!

Robin, tu ies moult corageus.
Mais li cose est bien alee,
De legier doit estre ouvliee,
Ne nus ni doit apres entendre.

Robin:
Si nous couvient Huart atendre
Et Peronnele qui venront.
Oez les chi!

Marot:
                Voirement sont.

Robin:

Di, Huart, as tu te chievrete?

Huars:
Oïl.

Marote:
     Bien veingnez vous, Perrete!

Perrote:
Marote, Dieus te beneïe!

Marote:
Tu as esté trop souhaidie.
Or est il bien tans de canter:

En si bonne compaignie
Doit on bien joie mener.

Baudons:
Somme nous ore tout venu?

Huars:
Ouil voir. Or pourpensons un jeu.
Veus tu as Roys ou as Roïnes?
 

Mais des jeus c'on fait as estrines,

Entour le veille du Noël.

A saint Coisne?

Robins:
                          Je ne voeil el.

Marote:
C'est vilains jeus; on i cunkie.

Peronnele:
Marote, si ne riés mie.

Marote:
Et qui le nous devisera?

Baudons:
Jou, trop bien. Quiconques rira
Quant il ira au saint offrir,
Ou lieu saint Coisne seu.

Et qui en puist avoir, s'en ait.

Gautiers:
Qui le sera?

[fol. 7v]