[fol. 6]

Folio 6v

 

Gautiers:
Se g'i fusse venus a tans,

[fol. 6v] Il i eüst eü merlee!

Robins:
Or esgardons leur destinee,
Par amours, si nous embuissons
Tout troi derriere ces buissons;
Car je voeil Marion resqueurre
Si le m'aiderez a sequeurre.
Li cuers m'est .i. peu revenus.

Marote:

Biau sire, traiés vous ensus
De moi; si ferés grant savoir.

Li chevaliers:

Demisele, non ferai voir;
Ains vous en menrai aveuc moi,
Et si arés je sai bien coi.
Or ne me soiiés plus si fiere!
Pren suer cest oisel de riviere
Que j'ai pris. Si en mengeras.

Marote:
J'ai plus chier mon froumage cras,
Et men pain a mes bonnes poumes
Que vostre oisel a tout les plumes;
Ne de rien ne me poés plaire.

Li chevaliers:

Qu'est che? Ne porrai je dont faire
Chose qui vous viengne a talent?

Marote:
Sire, sachiés certainement
Que nenil; riens ne vous i vaut.

Li chevaliers:
Bergiere, et Diex vous consaut!
Certes voirement sui je beste

Quant a ceste beste m'areste!
A Dieu, bergiere.

Marote:
                            A Dieu, biau sire.

Lasse! Or est Robins en grant ire,
Car bien me cuide avoir perdue.

Robins:
Hou, hou!

Marote:
               Dieus, est il ce qui la hue!

Marot:
Robin?

Robin:
           Marot?

Marote:
                      Dous amis, comment te vait?
 

Robins:
Marote, je sui de bon hait,
Et tous garis puis que te voi.

Marote:
Vien donques cha, acole moi.

Robins:
Volentiers, suer, puis qu'il t'est bel.

Marote:
Esgarde de cest sosterel
Qui me baise devant le gent!

Gautiers:
Marot, nous sommes tuit parent;
[fol. 7] Onques ne vous doutés de nous.

[fol. 7]