[fol. 5]

Folio 5v

 

Li chevaliers:
Certes, bele, tres douche amie,

[fol. 5v] Je ne le di mie pour mal.
Mais je vois querant chi aval
.I. oisel a une sonnete.
 

Marote:
Alés selonc cele haiete;
Je croi que vous le trouverés.
Tout maintenant i est alés.

Li chevaliers:

Est, par amours?

Marote:
                          Oïl, sans faille.

Li chevaliers:
Certes, de l'oisel poi me caille,
S'une si bele amie avoie.

Marote:
Pour Dieu, alez en vostre voie,
Car je sui en trop grant frichon.

Li chevaliers:
Pour quoi?

Marote:
                 Certes, pour Robechon.

Li chevaliers:
Pour lui?
 

Marote:
             Voire, s'il le savoit,
Jamais nul jour ne m'ameroit,
Ne je n'aim rien tant comme Robin.

Li chevaliers:
Vous n'avés garde de nului
Se vous volés a mi entendre.

Marote:
Sire, vous nous ferés sousprendre.
Alés vous ent! Laissié me ester,
Car je n'ai a vous que parler.

Laissié me entendre a mes brebis.

Li chevaliers:
Voirement sui je bien caitis
Quant je mec le mien sens au tien!

Marote:
Si en alés; si ferés bien.
Aussi voi je chi venir gent.

J'oi Robin flagoler au flagieu d'argent,
Au flagieu d'argent.

Biau sire car vous en alés!

Li chevaliers:
Bergerete et a Dieu remanés;
Autre forche ne vous ferai.

Ha! Mauvais vilains, mar i fai!
Pour coi tues tu cel faucon?
Qui te donroit .i. horion
Il aroit moult bien esploitié?

Robins:
Ha, sire, vous feriés pechiét.
J'ai grant paor que il ne m'escape.

Li chevaliers:
Tien de loier ceste souspape,
[fol. 6] Quant tu le manies si gent!

[fol. 6]