[fol. 4v]

Folio 5

 

Gautiers et Baudons:

Di tost s'on t'a fait nul despit.

Robins:
Por Dieu soufrez vous .i. petit.
Je sui chi venus pour vous deus,
Car je ne sai ques menestreus
A cheval pria d'amer ore
Marotain; si m'en douch encore
Que il ne reviegne par la.

Gautiers et Baudons:
S'il revient, il le comperra!

Baudons:

Che fera mon, par ceste teste!

Robins:
Vous averés ja trop bonne feste,
Biau seigneur, se vous i venés,
Car vous et Huars i serés,
Et Peronnele. Sont chou gent?

Et s'averés pain de fourment,
Bon froumage et clere fontaine.

Gautiers:
Hé, biau cousin, car nous i maine!

Robins:
Mais vous deus irés chele part,
Et je n'en irai pour Huart
Et Peronnele.

Baudons:

                    Va don, va!
Et je m'en irai par deça
Vers le voie devers la ville;
S'aporterai me fourke fiere.

Gautiers:
Et je men grant baston d'espine,
Qui est chiés Bourguet, me cousine.

 

Robins:
Hé! Peronnele! Peronnele!

Peronnele:
Robin, ies tu che? Quel nouvele?

Robins:
Tu ne sés? Marote te mande;
Car nous aurons feste trop grande!

Peronnele:
Qui i sera?

Robins:
                Et jou et tu;
Et s'arons Gautier le Testu,

Huart et Baudon et Marote.

Peronnele:
Vestirai je me bele cote?

Robins:
Nennil, Perrote, nenil point,
Car chis jupiaus trop bien t'avient.

Or te haste; je vois devant.

Peronnele:
Va; je te sievrai maintenant,
Se j'avoie mes aigniaus tous.

Li chevaliers:
Dites, bergiere, n'estes vous
Chele que je vi hui matin?

Marote:
Pour Dieu, sire, alés vo chemin;

Si ferés trop grant courtoisie.

Li chevaliers:
Certes, bele, tres douche amie,
[fol. 5v] Je ne le di mie pour mal.
Mais je vois querant chi aval
.I. oisel a une sonnete.

[fol. 5v]