[fol. 4]

Folio 4v

 

Marote:

Robin, par l'ame ten pere,
Sés tu baler as seriaus?

Robins:
Oïl, par l'ame me mere,
Mais j'ai trop mains de chaviaus
Devant que derriere,
Bele, devant que derriere.

Marote:
Robin, sés tu mener le treske?

Robins:
Oïl, mais li voie est trop freske,
Et mi housel sont desquiré.

Marote:
Nous sommes trop bien atiré.
Ne t'en caut; or fai, par amour.

Robins:

Aten, je vois pour le tabour
Et pour le muse au gros bourdon.

Marote:
Va et amaine o toi Baudon,
Se tu le trueves, et Gautier.
Aussi m'aront il bien mestier
Se li chevaliers revenoit.

Marote:
Robin, revien a grant esploit;
Et se tu trueves Peronnele,
Me compaignesse, si l'apele.
Le compaignie en vaura miex.
Ele est derriere ces courtiex
Si c'on va au molin Rogier.
Or te haste!

Robins:

                   Lais me escourchier.
Saches je ne ferai fors courre.

Marote:
                                                 Or va!

Robins:
Gautiers, Baudon, estes vous la?
Ouvrés moi l'uis, biau dous cousin!

Gautiers:
Bien soies tu venus, Robin.
C'as tu qui ies si essouflés?

Robins:
Que j'ai? Las! Je sui si lassés
Que je ne puis m'alaine avoir.

Gautiers et Baudons:
Di s'on t'a batu.

Robins:
                            Nenil, voir.

[fol. 5]