[fol. 2]

Folio 2v

 

Li chevaliers:
Hui main quant chevauchoie lés l'oriere d'un bois;
Trouvai gentil
[fol. 2v] bergiere, plus bele ne vit roys.
Trairi deluriau deluriele,
Trairi deluriau luroy.

Marote:

Hé! Robechon, leur leure va,
Car vien a moi, leure leure va,
S'irons jeuer, leure doleur va,
Doleur va.

 

Robin:

Hé! Marion, doleur va,
Je vois a toi, doleur va,
S'irons jeuer, doleureure va,
Dolereure va.

Marote:

Robin!

Robins:
             Marote!

Marote:
                         Dont viens tu?

Robins:
Par le saint [Dieu], j'ai desvestu,
Pour che qu'i fait froit, men jupel,
S'ai pris me houce de burel;

Et si t'aport des pommes. Tien!

Marote:
Robin, je te connuc trop bien
Au canter si con tu venoies.
Mes tu ne me reconnissoies?

Robins:

Si fis, au chant et as brebis.

Marote:
Robin, tu ne sés, dous amis—
Et si ne le tiens mie a mal—
Yci fu uns hom a cheval
Qui avoit cauchie une moufle,

Et portoit aussi c'un escoufle
Seur sen poing; et trop me pria
D'amer et poi i conquesta,
Car je ne ferai nul tort.

Robins a Marote:
Marote, tu m'aroies mort.
[fol. 3] Mais se ge fusse a tans venus,
Ne moi ne Gautiers li Testus,
Ne Baudons, mes cousins germains,
Diable i eüssent mis les mains,
Ja n'en fust partis sans bataille.

[fol. 3]