[fol. 1]

Folio 1v

 

Marote:
Sire, oïl je ne sai pas kans.
Encore en a en ces buissons

[fol. 1v] Et cardonnereul[e]s et pinçons
Qui mout cantent joliement.

Li chevaliers:
Si m'aït Dieus, bele au cors gent,
Che n'est pas che que je demant.
Mais veïs tu par chi devant
Vers ceste riviere nul ane?
 

Marote:
Est-ce une beste qui recane?
J'en vi ier .iii. seur che quemin,
Tous quarchiés aler au molin.
Est che chou que vous demandés?

Li chevaliers:
Or suis je mout bien assenés!
Di moi, veïs tu nul hairon?

Marote:
Harens, sire, par me foi, non;
Je ne vi harens puis quaresme,
Que j'en vi mengier chiés Dame Eme,
Me tante a cui sont ches brebis.

L'en en vent assez a Paris.

Li chevaliers:
Par foi, or ne sai je que dire;
Ne doi avoir talent de rire
Onques mais ne fui si gabés!

Marote:
Sire, foi que vous mi devés,
Quele beste est che seur vo main?

Li chevaliers:

C'est uns faucons.

Marote:
                     Mengüe il pain?

Li chevaliers:
Non, mais bonne char.

Marote:

                     Cele beste?
Esgar! Ele a de cuir le teste!
Et ou alés vous?

Li chevaliers:
                     En riviere.

Marote:
Robins n'est pas de tel maniere;
En lui a trop plus biau deduit.
En no vile esmuet tout le bruit
Quant il joue de se musete.

Li chevaliers:
Or dites, douche bregerete,
Ameriés vous un chevalier?
 

Marote:
Biaus sire, traiiés vous arrier!
Je ne sai que chevalier sont.
Ne de tous les homes du mont
Je n'ameroie que Robin.
Il vient au soir et au matin,
A moi tous les jors par usage.
Et m'aporte de son froumage;
Encore en ai je en mon sain
Et une grant pieche de pain
[fol. 2] Qu'il m'aporta ore a prangiere.

[fol. 2]